Le TOP 5 des tatouages de fan de vélo # conceptuel

4
Commentaires (laissez le votre !)

Aujourd’hui on va s’intéresser aux tatouages des cyclistes! Bon, évidemment, je ne vous parle pas d’un petit tribal à vous faire poser en bas des reins pour avoir l’air sexy quand se découvre votre bas du dos pendant un ride endiablé ! Non, nous allons nous intéresser au tatoo conceptuels des riders. Et dans ce domaine, vous allez voir, les cyclistes ont de l’imagination à revendre !


1) Des ailes au pattes :

Voilà un tatouage bien réalisé avec un principe original. à droite l’emplacement du plateau à gauche la manivelle ça évite de se trompé de côté. On retrouve grâce au design de l’aile une belle allégorie à la liberté qu’on peut ressentir en s’éclatant avec son vélo ! et c’est un peu l’impression que donne le pédalage en fixie lorsqu’on laisse nos jambes se faire entrainer par le pignon fixe.

velo-en-vole

2) Le tatoo « Ikea » :

Encore un principe bien sympa : un pignon en pièces détachées, version dessin industriel ! au cas ou vous auriez besoin de remonter votre pignon… ça ressemble beaucoup a la notice IKEA de mon meuble télé… donc l’allusion était vite trouvée ! Plus sérieusement, le détail apporté à chaque élément, du petit boulon au pas de vis est assez impressionnant, et le jeu d’ombres, qui donne un effet « cambouis » à l’ensemble permet d’obtenir un très beau réalisme ! En résumé : Wouhaaaa cool !

montage du pignon tatoo

3) Le tatouage à méditer :

À une époque où bien des gens ont un peu peur de choquer en osant faire allusion à des sujets tabous, voila un biker qui met les pieds dans le plat ! Un tatouage simple sur chaque mollet, un vélo, un fauteuil roulant. On pourra toujours mettre en avant l’aspect éducatif ou préventif : Je sais que sur un fixie on se croit parfois le roi du bitume à bruler des feux, ou à rouler brakeless mais se tatoo doit nous rappeler à l’ordre la vie vaut parfois mieux qu’un surplus d’adrénaline. A méditer….

accident-de-velo

5) The real rider

Ce tatouage que je trouve super sympa sur les genoux de ce cycliste. Tout simple, mais qui reflète bien l’état d’esprit du cycliste dans sa version passion : Pouvoir s’échapper de la réalité grâce à sa monture : et la cicatrice au genou en dit long sur les kilomètres parcouru… À méditer !

cicatrice-vélo-tatouage

5) L’évolution du biker :

C’est vrai, ce tatouage m’a bien fait rire… La grande marche de l’évolution, partir du singe, passer par l’homme préhistorique pour arriver sur son vélo, et retrouver sa position voûtée du départ, c’est plutôt marrant. Les souci, La réalisation n’est pas terrible et c’est un peu du réchauffé… remix sur le thème de l’évolution.

evolution-velo-tatoo

6) Le tatouage « chinois » : Un bonus

Alors celui-ci… pfiou…que dire ? Pour le faire figurer en haut du classement, il faudrait rebaptiser mon article « Flop 5 » ! L’idée de départ est pourtant assez originale, et conceptuelle pour le coup ! Mais apparemment créer un vélo en utilisant un graphisme type calligraphie chinoise, c’est pas si simple… Enfin le rendu est horrible.. C’est que c’est un tatouage, pas une décalcomanie ! Le pauvre…ça va rester sur sa jambe toute sa vie…

velo-chinois

Autre article sur le même thème

Le fixie est-il une mode qui va décliner rapidement ?

16
Commentaires (laissez le votre !)

Je vais vous parler de ma propre expérience pour répondre à cette question. Tout d’abord je me suis intéressé au fixie bien avant l’effet de mode, tout en étant un peu influencé tout de même par un ami qui en avait monté un en provenance du Japon.
En tant que designer c’est d’abord le look qui m’a beaucoup plus, le style racé et minimaliste de l’engin. Le fixie de mon ami avait des petites touches fluo ce qui lui donnait un style original et inimitable (à l’époque).

question pignon fixe

Mais le truc, c’est qu’à aucun moment son pignon fixe ne m’a donné envie de rouler, j’imaginais le pédalage de grand père en sortie du dimanche avec son cycliste et son maillot jaune. A l’époque je ne jurais que par le bon vieux VTT (lol), surement dû à son look de vélo de course. Quelques semaines plus tard, j’ai pu tester un single speed dans un premier temps et c’est à ce moment que j’ai compris le principe du pignon unique. Par contre, en goutant aux joies de la vitesse, j’ai également gouté à la douleur de l’effort (mal aux cuisses).

Plus tard en testant un pignon fixe, j’ai trouvé le Saint Graal !!! J’ai retrouvé les sensations que j’éprouvais lors de la pratique du skate, que je pratiquais de moins en moins n’ayant plus mon physique d’ado et à cause de l’image « has been » (le gars qui va au boulot avec son skate à 35 ans lol).

Pour moi le fixie fût un exutoire, sans compter la satisfaction de monter son propre vélo et de le customiser. Je pense que pour certains jeunes, il peut même être un tremplin vers la piste, qui sais, le fixie va peut être nous faire découvrir le futur Grégory Baugé…

Pour conclure je dirais que même si le pignon fixe fait office de mode maintenant, dés que sa pratique arrivera à maturité, et je pense que nous ne sommes qu’au début très loin des américains, australiens et autres japonais, les vrais passionnés relaieront leur savoir et leur passion aux plus jeunes et le fixie deviendra l’un des standards du vélo moderne.

question fixie